top of page

3 clés pour soutenir votre ado dans sa scolarité


Depuis quelque temps, votre ado ne fait plus rien à l’école. Ses résultats sont en chute libre, il n’écoute pas en classe, ne travaille pas, s’ennuie en cours et n’a aucune idée quant à son orientation professionnelle.


Bref, il n’est pas bien dans sa peau et vous non plus.


Je partage avec vous quelques conseils que j’essaie d’appliquer en tant que maman de 4 enfants et en tant que coach lors des bilans d’orientation que je propose.


Un enfant qui décroche est souvent un enfant qui a besoin d’être rassuré sur l’avenir.

En tant que parent, nous voulons le meilleur pour nos enfants. Souvent, nous avons essayé de les aider de notre mieux mais les résultats n’ont pas été au rendez-vous. Alors nous angoissons mais notre enfant le ressent et cela l’inquiète ou le conforte dans l’idée qu’il a raison de s’inquiéter.



Clé Nr 1 : Validez inconditionnellement votre enfant


Peu importe ses résultats scolaires. N’oublions pas par exemple que beaucoup de chefs d’entreprises sont des autodidactes et n’ont pas fait d’études supérieures.


Il doit lire dans vos yeux que vous êtes fiers d’être ses parents, qu’il a de la valeur et est digne d’être aimé quelques soient ses résultats.


Clé Nr 2 : Responsabilisez- le


Il s’agit de l’associer dans la stratégie à mettre en place pour obtenir une meilleure implication et des progrès. S’il a obtenu 10 de moyenne, ne pas lui dire qu’on veut qu’il obtienne 15 au prochain trimestre mais lui demander dans quelle matière il pourrait progresser et quelle note il pourrait obtenir.

« tu peux t’engager sur quelle note » ? Ensuite, lui dire qu’on a envie de le soutenir et discuter avec lui pour convenir ensemble quel type d’aide lui serait le plus profitable.



« Que puis-je faire pour t’aider » ? 


Vous verrez qu’ils ont souvent des idées sur la question :

- On pourrait planifier ensemble combien de temps je dois travailler telle matière chaque

semaine,

- Je te récite mes leçons,

- Je peux aussi regarder des tutos,

- J’ai besoin de faire une pause en rentrant de cours mais après je m’y mets,

- J’ai besoin de silence,

- Pour faire mes devoirs, je préfère rester à l’étude au lycée, faire davantage de sport,

- Bloquer mon téléphone 30 minutes…..


En l’interrogeant sur sa vision, vous respecterez son mode de fonctionnement et il se sentira pris en considération, ce qui lui donnera une plus grande envie de s’activer.




Clé Nr 3 : Donnez- lui une forte stimulation positive


Un enfant reçoit 8 marques d’attention négatives pour 2 positives. C’est très français. Nous

avons appris la critique et l’exigence qui constituent des qualités dans certaines

circonstances mais qui, mal dosées envers l’enfant peuvent s’avérer ravageuses pour sa confiance en lui Si nous soulignons ce qui ne va pas en permanence, ce qu’il rate, ce qu’il ne fait pas bien, il va développer une basse estime de soi et s‘auto persuader qu’il n’y arrivera pas. Selon le principe « nous renforçons ce sur quoi nous nous centrons », l’enfant va renforcer ses travers. Si nous soulignons ce qu’il fait de bien, ses réussites, ses progrès il va se centrer sur ces aspects positifs et avancer. Cette perception positive de lui-même est aussi apportée par les bilans d’orientation professionnelle A2P.







Le jeune découvre quelles sont ses dispositions naturelles, c’est-à-dire les talents qu’il porte en lui quelque soient ses résultats scolaires d’aujourd’hui. Il peut alors entrevoir que sa singularité, sa façon unique d’être au monde va lui ouvrir la perspective d’apporter une contribution bien spécifique pour construire un monde meilleur, contribuer aux progrès, à l’innovation, à plus de justice selon ses aspirations personnelles.


Il va entrevoir qu’il y a une place pour lui dans le monde et, conforté dans ses forces, retrouver de la sérénité. En étant rassuré, il va libérer de l’énergie pour passer à l’action et retrouver de la motivation.

C’est ce que j’ai constaté chez beaucoup de lycéens ou étudiants que j’ai accompagnés.

Comments


bottom of page